Des petits trous (ou mon amour du piercing)

Des petits trous des petits trous toujours des petits trous, des trous de première classe, des trous de seconde classe …. bref je m’égare.  Aujourd’hui parlons piercing.

J’ai depuis bien longtemps eu cette envie, que dis-je ce besoin de faire des petits trous dans ma peau. Mais pas n’importe quel trous, des piercings plus précisément. Après mes lobes tout simples (fait en bijouterie la plus grosse erreur qui soit) le suivant que j’ai attendu pas loin de 5 ans fut mon hélix droit. J’ai choisi d’attendre de ne plus vivre chez mes parents et de ne plus dépendre d’eux financièrement pour faire ce premier vrai piercing.

J’ai écumé les sites internet et épluché les avis avant de trouver mon salon de piercing(qui l’est toujours pas loin de 6 ans après). Il m’a fallu du temps avant de me décider mais j’ai pris rendez vous et j’ai sauté le pas pour mon 21 éme anniversaire. Un cadeau de moi à moi. Je ne savais pas encore à l’époque qu’il ne serait que le premier d’une longue lignée.

Ce premier piercing me fit découvrir un nouveau monde qui s’ouvrait à moi. Ayant souffert de mes lobes pendant bien longtemps et ne pouvant à l’époque pas porter les matières que je souhaitais je me posais des questions quand à la viabilité de mon hélix. Sauf que là tout était différent, un trou net fait à l’aiguille qui perce donc proprement les chair et ne les déchire pas comme le fait le pistolet et une matière compatible (de l’acier chirurgical). Mon hélix ne m’a quasiment pas embêté jusqu’au jour ou j’ai du le retirer en catastrophe pour me faire opérer en urgence alors qu’il avait 3 mois à peine.

Le remettre à la sortie de l’opération fut je crois un des pire moment que j’ai jamais eu à vivre. Il a fallu à ce moment là recommencer à zéro la cicatrisation (quand on sait qu’un cartilage mais de 9 mois à 1 an cicatriser entièrement…). Mais 1 an après ça j’ai décidé sur un coup de tête de faire percer ma langue. J’étais à l’époque en apprentissage, j’ai attendu d’être en semaine à l’école pour le rendez vous (je me suis dit que ce serait plus évident pour moi), j’ai choisi également de faire ça avant un long week-end pour avoir le temps de cicatriser un chouilla et d’être en mesure de parler un peu en cours.

Je n’avais pas peur de la douleur, juste de voir l’aiguille, alors j’ai fermé les yeux et je n’ai rien senti. Moins de 10 jours après ayant eu la chance de ne presque pas gonfler je retournais voir le perceur pour faire ajuster la barre. Et quelques 6 mois après je me faisait faire le tragus. Celui là fut le pire sur le moment du perçage. Le bruit que fait le cartilage qui est percé est littéralement affreux et mon perceur a clairement eu peur que je lui colle une droite vu comment j’ai serré les poings fort. La douleur il n’y en a pas, c’est vraiment le bruit qui est effrayant.

J’ai eu ensuite un surface qui a rejeté au bout  d’un an mais comme tout surface je savais en le faisant qu’il rejetterais. Trouvant mes lobes un peu vides j’ai décidé pour mon anniversaire suivant de me faire percer les seconds lobes. Un an plus tard et en compagnie de la mère de ma moitié j’ai fais mes troisièmes lobes (elle aussi) et un second hélix à l’oreille droite.

Ce qui fait si l’on compte bien un total de 10 piercing (+ un retiré), la mère de ma moitié avait envie depuis quelques années de faire son troisième lobes mais elle n’osait pas franchir le pas se souvenant de ses deux premiers lobes fait en bijouterie, des soucis qu’elle avait rencontré avec eux lors de la cicatrisation. En voyant les miens et la facilité de cicatrisation que j’avais, elle a décidé de m’accompagner et c’est comme ça que nous avons fait nos troisièmes lobes en même temps. Elle a tellement apprécié l’expérience qu’elle était prête se refaire faire d’autre piercing le lendemain.

Petite anecdote, le père de ma moitié et sa sœur ont une peur bleu de tout ce qui est aiguille et piercing. Du coup en sortant nous avons voulu leur faire une blague et je les ai appelés en catastrophe pour leur faire croire qu’il y avait eu un soucis avec le piercing de la mère de ma moitié et que je l’emmenais à l’hôpital parce qu’elle n’arrêtais pas de saigner. Nous avons beaucoup rigolé de leur réaction mais vite dit la vérité en entendant leur ton paniqué.

Nous voila donc à cet hiver (décembre 2015) ou profitant de mon retour en France pour les fêtes de fin d’année je suis parti faire mes 4 émes lobes ainsi que mon septum. Je ne compte pas m’arrêter là et j’ai un certains besoin de symétrie (tout du moins en nombre) donc il va falloir que je remplisse mon oreille gauche entre autre. J’ai déjà d’autre projets en tête pour compléter ma collection (au moins 9, 4 à droites et 5 à gauche) au niveau des mes oreilles.

J’apprécie vraiment ce moment juste après le piercing ou je me regarde dans le miroir, pour l’instant j’ai toujours eu cette impression en me regardant juste après que les piercings étaient déjà là qu’ils faisaient parti de moi depuis toujours, et qu’en les réalisant je les avais juste affichés à la vue de tout le monde. J’aime la sensation de l’aiguille qui traverse ma peau pour faire ces trous. Je reconnais la douleur que ça m’apporte mais celle ci permet de découvrir une nouvelle part de moi. Un peu comme une chenille qui se transforme en papillon. A chaque nouveau trous je suis le papillon qui se transforme en chenille.

Je n’aime que les bijoux très très très très simples (de simples billes en métal) ce qui fait que mes piercings ne sont quasiment jamais remarqué par mes interlocuteurs. Je ne sonne pas au portiques des avions (et c’était ma plus grande peur quand j’ai pris l’avion pour les USA), le plus casse pied fut d’avoir à commencer à les retirer pour un IRM jusqu’à ce que je gentil infirmier en charge de m’accompagner (que j’avais presque supplié de m’aider) jusqu’à la machine m’annonce que je n’avais pas besoin de les retirer vu que ma tête ne serait pas dans la machine et que j’allais porter un casque sur les oreilles. J’avais juste remplacé le temps de l’examen le bijoux en métal de ma langue par un entièrement en plastique (barre et bille) acheté exprès pour l’occasion et que j’ai enlevé aussitôt l’examen fini pour remettre celui en acier chirurgical.

Encore aujourd’hui très peu de mes collègues ont remarqué mon septum ou mon piercing à la langue et ça me va très bien ainsi. Je me sent bien avec ces trous dans mon corps et ceux ci me correspondent (et même les moqueries et les surnoms de passoire que je peux avoir quelques fois ne me feront pas changer d’avis). J’aime mon corps avec ces nouveaux ajustement.

Après les piercings le prochain projet c’est de passer sous le dermo, mais il me faut économiser pour ça au vu du coût d’un tatouage (et je préfère payer la qualité que regretter une bouse à vie ou devoir passer par la case laser) et vu que je n’ai pas qu’un seul tatouage en tête je pense que cela va rester à l’état de projet tant que je n’aurais pas complété la collection de mes oreilles.

Publicités