Les programmes TV 

La télé ici est bien différente d’en France. Pour avoir la TV dans ma Residence je n’avais pas trop le choix je devais prendre un abonnements chez un opérateur. Ici de ce que j’ai compris pas de TV sans passer par un opérateur, ensuite on peut rajouter des chaînes, un peu comme canal. Après quelques études comparatives (compliquées car je devais les faire depuis le boulot) j’ai décidé de faire confiance à l’opérateur proposé par ma Residence. 

Dans mon bouquet de base il y a plus de 150 chaînes (et je ne les ai pas toutes regardées encore!!!) et j’ai pris en plus HBO. 

Mon abonnement en plus de la TV comprend l’accès internet et c’est plutôt pratique. Les prix par contre sont bien différents d’en France, pour un Abonnement de base avec juste les basiques TV plus internet de ce que j’ai pu voir on dépassait les 80$ par contre la qualité de service est la. Depuis que je suis ici je n’ai eu qu’une seule coupure d’Internet qui a duré une heure (et j’avais encore la TV).

J’apprécie tout particulièrement les services de TV à la demande fournis de base par l’operateur. Je suis capable de voir toutes les séries / émissions des chaînes auxquelles j’ai souscrit un abonnement gratuitement sur mon ordinateur ou sur ma TV. Je peux choisir les programmes sur internet et les envoyer vers la TV. Il y a même un grand nombre de film disponibles gratuitement (et même des films récents !!)

Le seul point négatif de la TV américaine (et heureusement les chaînes payantes ne sont pas impactées du tout) et il s’agit d’un très très gros point Negatif à mes yeux: la publicité. Il y a des coupures de pub toutes les 5 minutes.

 Ça a eu au départ le don de me rendre dingue maintenant je m’y fais bien que parfois cela me rend encore dingue. Le « pire » est sur la chaîne TBS la coupure de pub juste à la fin du générique de début de The Big Bang Theory.

L’avantage c’est que quand je rentre en France les pub me paraissent bien moins casse pied! 

Sur ce c’est bientôt l’heure de ma série du lundi soir 

Publicités

Salaires et impôts 

Je ne suis pas aux USA sous un contrat d’expatriation au sens propre du terme. J’ai un contrat local avec mon entreprise et donc les avantages et inconvénients qui vont avec. 

Mon salaire ici est versé tout les 15 jours et c’est comment dire agréable et je dois avouer que ca m’aide à bien mieux gérer mon budget. Je sais que je dispose de telle somme pour 15 jours avec telle échéance à payer pendant ces 15 jours. Et c’est vraiment agréable et pratique. Ca m’aide à savoir exactement ce que je peux utiliser pour moi ou pour faire autre chose. 

De mon salaire tout les 15 jours est retiré la cotisation à ma mutuelle / sécurité sociale (qui sont une seule chose ici) plus une avance sur les impôts (locaux et fédéraux) plus quelques cotisations à côtés.

Les impôts, une grande différence par rapport à la France, ils sont prélevés directement à la source, basés sur un calcul fais à partir des donnes fournis à l’entreprise en début d’année (les calculs peuvent être refait en cours d’année, il suffit de redemander aux ressources humaines un formulaire de déclaration). Et une fois dans l’année il faut tout de même faire une déclaration d’impôts et pour ca les choix sont variés. Pour le coup cette  année j’ai demandé un coup de main à ma chef, elle a l’habitude de faire sa propre declaration et connaît plusieurs personnes travaillant au bon endroit qui nous on aiguillés sur les démarches a fournir.

Mon statut actuel est en plus bien particulier. Je suis en Residence fiscale aux USA car j’y réside mais mon domicile fiscal est aussi en France. Comme j’y ai travaillé en 2015 pour un mois et y ai reçu plusieurs salaire (fin de contrat, primes etc..) j’avais des déclarations à faire en France . Heureusement pour moi la France a un accord de non double impositions avec les USA donc j’ai eu à déclarer sur un formulaire dédié les salaires touchés en France. Une fois les bonnes informations obtenues ce fut facile à compléter (merci les connaissances travaillant aux impôts qui ont pu me guider correctement dans ce dédale).

Aux USA ayant travaillé plus que la limite pour eux j’ai donc eu à faire une declaration américaine, pour ca plusieurs web sites s’offraient à moi. En fait il s’avère qu’ici pour pouvoir faire une déclaration d’impôts il faut payer (alors oui un prix bas mais quand même )mais au moins on est sur du résultat et on sais si la declaration est approuvée dans les 24h suivant la déposé du dossier. 

Pour mon cas les calculs fait en début d’année ont été plutôt bien fait. Il ne manquait que 180$ sur la declaration fédérale et 20$ sur la declaration locale (bah oui ça ne serait pas drôle autrement il faut faire 2 declaration Une pour le pays une pour l’état ). Et environ 40$ à payer pour le service utilisé pour déposer ma déclaration d’impôts (l’an prochain j’aurais que 15$ à payer si je re utilise le même service).l’avantage de ce système c’est quand même que ma declaration été guidée et qu’elle a été validée en quelques heures et acceptée par le service des impôts américains. Un vrai soulagement pour moi. 

Je trouve ce système bien plus sympa qu’en France le fait d’avoir un salaire net d’impôt c’est quand même bien pratique et avec les estimations je sais à peu près qu’elle somme j’aurais à payer pour 2016 et combien il me resterais à payer.

Cette année c’était deux declaration en l’espace d’un mois pour moi. Un vrai stress (et la declaration française je l’ai déposée moins d’une semaine après l’ouverture du site en ligne) pour moi j’avais tellement peur de mal faire ou de faire une erreur 

Il en sera de même l’an prochain. J’avoue que j’apprécierais bien que la France passe à l’imposition à la source, cela éviterais bien des soucis à certains même si ça peut être compliqué à mettre en place.

Le principe des pourboires

En France les pourboire c’était un concept totalement inconnu pour moi. Je n’avais pas du tout l’habitude, cela ne faisait pas parti de ma culture. J’avais lu des guides sur la vie américaine donc je savais à peu près a quoi m’attendre lorsque j’ai eu à aller au restaurant pour la première fois.

C’était quelque chose d’étrange pour moi, j’ai vite appris à m’adapter mais les calculs pour moi n’était pas évidents. Ici ils font tous ça de tête moi il me fallait sortir pendant quelques temps mon portable pour faire les calculs. Il fallait aussi que je pense à avoir du liquide avec moi (jusqu’à ce que je découvre que l’on pouvait ajouter sur la note le pourboire même en payant par carte bancaire).

Sauf que les pourboires ne s’arrêtent pas qu’aux resto et bars. Tout ce qui est du service à la personne induit des pourboires et là c’est devenu plus complexe pour moi.

J’ai eu besoin d’aller chez le coiffeur quelques temps après mon arrivée. J’ai donc pris un rendez vous chez un coiffeur du coin (après avoir pris des avis auprès de mes collègues et sur internet). Heureusement pour moi j’ai pris rendez vous à une heure de pointe et j’ai découvert avec surprise que les pourboires étaient  la règle chez le coiffeur également. J’ai donc pu me préparer en allant retirer du liquide  avant mon rendez vous.

La pratique qui m’a semblé le plus bizarre était que chez le coiffeur contrairement au restaurant, le pourboire est a mettre dans une petite enveloppe à disposition à la caisse et a ensuite donner directement au coiffeur / ou à laisser à l’accueil avec le nom du coiffeur.

Il faut savoir aussi que de ce que j’ai pu observer les différents postes chez le coiffeurs sont occupés par différentes personnes. Ce n’est pas la même personne qui va s’occuper de nous de A à Z. La coupe , le séchage, la couleur tout ça est fait par différentes personnes (et du coup il faut prévoir le pourboire en conséquence). En France j’ai toujours eu l’habitude d’avoir une seule personne pour s’occuper de moi de A à Z chez le coiffeur, je ne m’attendais donc pas à ça (et niveau pourboire je n’avais pas prévu ce cas de figure heureusement la dame de l’accueil m’a proposé de mettre les différents noms sur l’enveloppe pour que les coiffeurs partage).

C’est vraiment encore et toujours un élément culturel difficile pour moi même si j’en comprend le principe. J’ai l’impression de ne pas savoir gérer correctement et analyser le service rendu pour estimer le pourboire. J’ai toujours peur de ne pas donner le bon montant et du coup je me retrouve bien souvent à donner trop (par peur de ne pas donner assez). J’avoue apprécier aller au restaurant avec des collègues comme ça c’est eux qui font le calcul du pourboire (et ça m’arrange grandement).

Voiture et autres modes de transports

Juste avant de partir aux USA j’ai dû me séparer de MA voiture la première voiture neuve qui fut à moi avant tout le monde. C’était comme mon bébé et cette voiture je l’aimais vraiment. Je l’avais choisie avec ses options, j’avais choisi ce qui me semblait mieux pour l’avoir entre Credit et location longue durée (ce fut la LDD pour moi après calculs). J’avais patienté avant de la recevoir (j’avais choisi le nouveau model d’une marque française et l’ai commandé quelques semaines avant sa sortie officielle) et j’en avais profité tant que j’ai pu. Cette voiture ce fut un déchirement pour moi quand j’ai du m’en séparer. J’aime conduire, j’adore ça depuis le début de la conduite accompagnée (j’avais 16 ans et quelques mois ). 

En arrivant ici je me suis très très vite rendu compte que sans moyen de transport je n’allais pas aller loin. De mon hôtel à pied jusqu’à mon travail je n’avais que 10 minutes de trajet. Mon seul « problème » l’absence de trottoir. La ville ou je vis est très très très pauvre en trottoir. La route est plutôt dangereuse et même si des arrêts de bus existent ceux ci ne sont pas si bien desservis qu’en France. Quand j’ai eu trouvé mon appartement je me suis vite rendu compte qu’aller à pied au boulot voir même en bus serait très compliqué. 

À pied j’ai tenté une seule fois, quasiment 40 minutes de marche sans troittoir sur le bord d’une toute hyper fréquentée, je me suis vu mourir plusieurs fois les automobilistes ici ne prenant absolument aucunes précautions pour les piétons. 

En bus, j’ai regardé également, plus de 45 minutes de bus pour arriver au boulot et 20 minutes de marche pour aller de mon appartement jusqu’à l’arrêt de bus. De plus il m’était quasi impossible d’aller faire les courses en bus. J’ai vite laissé tombé cette option. 

Il ne me restait qu’une solution : la voiture. J’ai regardé pour une LDD comme j’avais en France. Petit soucis pour cela il faut un score de Credit élèvé (et venant d’arriver de France c’est mission impossible le score de Credit c’est quelque chose qu’il me faudra vous expliquer un jour )et le mien était tout en bas et je n’allais pas souscrire à des Credit juste pour le faire grimper … J’ai regardé également pour acheter une voiture d’occasion. Financièrement avec un payement en plusieurs fois cela aurait été possible j’avais un bon apport, petit soucis l’assurance. 

En effet avec mon permis français et ayant tout juste 25 l’assurance ici m’aurais  coûté les yeux de la tête (plus de 400$ par mois en moyenne sur les devis que j’ai effectué ) j’ai préféré laisser tomber. 

Cette solution n’aurait pas été rentable pour moi et en prime il aurait fallut que je parvienne au moment de mon retour en France à revendre le véhicule. Chose pas évidente sans perdre de l’argent. 

J’ai donc choisi de me tourner vers la location. J’ai trouvé deux agences de locations une pas loin de mon hôtel (45 minutes à pieds) mais les tarifs étaient plutôt élevés. Et la seconde plus loin (et j’ai eu besoin qu’une de mes collègues m’y conduise) mais dont les tarifs assurance comprise étaient bien plus intéressants! 

Je suis donc en location pour ma voiture. Je refais la location tout les mois et au final, financièrement j’y gagne! Pour les vacances il me suffit de déposer ma voiture à l’agence de l’occasion de l’aéroport et je n’ai rien a payé et l’esprit libre pas à m’inquiéter de si la voiture sera toujours là  mon detour . Je reprend une location à mon retour et je suis tranquille. Comme j’ai souscrit au programme de fidélité de l’agence de location j’ai des réductions sur mes locations j’ai quand je loue à l’aéroport la voiture qui m’attend et un service rapide.

J’apprécie vraiment j’ai pu conduire depuis que je suis ici une dizaine de voitures différentes et je trouve ça vraiment sympa. J’ai du mal avec la boîte automatique mais je m’y fais. J’ai encore changé de voiture hier et j’adore la nouvelle après avoir roulé pendant 6 mois en Hundai je suis maintenant en Chevrolet 


Je trouve juste dommage la couleur qui fait qu’avec la chaleur actuelle la voiture se transforme en four sur les parkings. A côté de ça c’est une merveille à conduire! 

Bref pour moi la location fut une révélation. 

« I pledge allegiance to the flag » ou l’amour du drapeau

Le drapeau américain, connu de par le monde, par tout le monde. En arrivant ici, un élément culturel ici était totalement différent de ma vie française.  La présence du drapeau partout ou j’allais. A l’entrée du campus de mon entreprise (et à l’entrée de toutes les autres entreprise de la zone dans laquelle je travaille),  devant les écoles, à l’entrée du complexe de ma résidence, devant l’accueil de celle ci, dans les jardins chez mes collègues. Le drapeau est partout et fait parti de la vie américaine.

Cette année j’ai pu constater que les américains ne s’arrêtent pas là, nombreux sont mes collègues à avoir quelques chose sur eux en rappel du drapeau, un pins un porte clé, un bijoux etc…et là je ne peux constater avec dépit la différence avec la France. Devant mon ancien lycée nulle part le drapeau flottais, idem devant les différents collèges que j’ai fait. Lors de ces dernières années en région parisienne, à part devant les mairies et quelques bâtiment officiel je n’ai vu que peu de drapeau français et je dois avouer que ça me chagrine un peu.  Sommes nous si peu patriotes  ou alors est ce les américains qui le sont trop ?

Ce matin, en arrivant au travail j’ai pu constater que le drapeau était en berne (Half staff ) au vue des évènements de ce week-end à Orlando. Ce n’est pas la première fois que cela arrive depuis que je suis ici. C’est déjà arrivé lors de la mort de Nancy Reagan (Site de la Maison Blanche) le 6 Mars 2016.

La fois la plus marquante pour moi fut lors des attentats du 13 Novembre 1015 en France, le lundi matin le drapeau était en berne au travail et en plus du drapeau américain sur le bâtiment principal avait été ajouté le drapeau français.

13 Novembre 2015

Les réceptionnistes avaient ajouté a côté du drapeau américain sur le bureau de réception un drapeau français.  Je travaille pour une entreprise française mais ce n’était pas  seulement pour ça, toutes les entreprises du secteur avait leur drapeau en berne.

Ce symbole de l’appartenance à un pays, j’ai l’impression que dans mon propre pays il passe un peu trop à la trappe. En ayant effectué quelques recherches sur les sujet j’ai découvert que les personnes prenant la citoyenneté américaine prêtent allégeance entre autre au drapeau américain ceci est à mes yeux un symbole fort de l’acquisition d’une nouvelle nationalité.

Ce drapeau me fait penser à mon pays, à ma patrie me donne envie de rentrer quand je vois les événements actuels en France je me dit que parfois mon pays ne tourne plus rond.

Les début en anglais 

Avant de venir aux USA mon niveau d’anglais était selon mes profs et selon moi plutôt bien. Et mes premières semaines la bas je me suis bien vite rendu compte que ce n’était pas le cas. En conversation courante j’avais parfois du mal à saisir un mot sur deux, l’accent, la vitesse d’élocution ne me facilitais pas le travail.

Après quelques soirées de désespoir et l’impression d’être complètement stupide j’ai décidé de prendre les choses en main. Fini les séries en français, ainsi que les films. J’ai décidé de regarder la TV américaine et de ne m’autoriser la TV en français que le samedi soir.

J’ai commencé par des séries que je connaissais en français et pour lesquelles j’avais déjà vu la saison en français pour être plus à l’aise.

The Big Bang Theory fut mon compagnon de tout les jours pendant quelques semaines (il y a une chaîne ici qui passe tout les jours des épisodes !!!). Et puis j’ai décidé d’aller au cinéma.

Autant joindre l’agréable a l’utile (bien que j’ai du mal à aller au cinéma sans personne pour m’accompagner) j’avais eu pour me remercier de mon travail une carte cadeau pour le cinéma du coin donc j’en ai profité.

Le premier film que j’ai vu fut Jupiter Ascending et je dois reconnaître que je n’ai quasiment rien compris si ce n’est la direction générale du film. Il a fallu que je le regarde ensuite à nouveau bien plus tard pour enfin comprendre. Cette expérience m’a déçue mais pas arrêté dans mon élan. J’ai choisi de ne pas me laisser abattre et j’ai continué à aller au cinéma, j’ai vu ensuite Kingsman et à la sortie j’avais compris bien plus que Jupiter Ascending. Alors j’ai continué, et mon anglais c’est amélioré et je suis maintenant capable de tenir des conversations sur tout les sujets (même politique / santé / musique ).

Je vais encore au cinéma régulièrement. J’avoue que j’apprécie vraiment je suis complètement capable de les comprendre. Je me suis même rendu compte que je peux maintenant regarder un film/ une série et faire autre chose en même temps sans manquer la moitié de celui ci .

Je n’ai plus besoin d’être en état de  concentration intense pour comprendre ce qu’il se passe autour de moi et j’apprécie, je suis moins en état de fatigue mentale après les journées de travail que je l’étais au départ.

Je vais au ciné régulièrement (plus de 20 fois déjà depuis le mois de janvier ) j’ai régulièrement de la part de mon travail des cartes cadeaux pour le cinéma et j’apprécie vraiment.

En décembre lors de mes vacances en France nous sommes allés avec ma moitié au cinéma voir le dernier StarWars.

Il m’a bien fallu 10 minutes avant de réaliser que:

  • Le film était pas en anglais
  • ce que je lisais sur les lèvres des acteurs ne correspondais pas à ce que j’entendais
  • Ce que j’entendais était du français

Mon cerveau fait le travail tout seul maintenant. La fois la plus spectaculaire fut lors de la sortie du dernier Jurassic Park. A un moment du film Omar Sy fait une blague en français. Je n’ai pas réalisé qu’elle était en français sur le coup j’étais juste la seule personne de toute la salle à rire. Ce qui m’a mis la puce à l’oreille.

Dans la vie de tout les jours je suis maintenant capable de comprendre les trais d’esprit et l’humour de mes collègues (même si il me manque des références parfois). Je suis même capable d’avoir deux conversations dans deux langues en même temps (ça m’est arrivé cette semaine anglais avec mon collègue américain qui était dans la salle de réunion avec moi et français avec mon collègue français avec qui j’étais au téléphone).

Je suis capable de faire des traductions au vol de l’anglais vers le français et du français vers l’anglais. Je me sent capable de me débrouiller par moi même et seule certaines difficultés pour prononcer des mots (prononciation à la française mais j’y travaille ) trahisse encore que l’anglais n’est pas ma langue natale (et mon accent). Je suis capable à l’oreille de dire si la personne qui me parle est américaine ou anglaise (voir même allemande).

Le fait d’être fluent en anglais ne fait pas tout mais facilite clairement ma vie de tout les jours.

Le baseball

L’été dernier la sœur de ma moitié est venue passer quelques semaines de vacances avec moi. Passionnée par la culture américaine, elle a découvert pas hasard qu’il y allait y avoir un match de baseball pendant qu’elle était là. Un petit tour sur le site internet et l’achat de billets (après une heure passée sur la carte interactive du stade pour savoir où se placer) nous étions en route pour le match.

Nous avions prévu le coup, un pique-nique pour manger, le départ pour le stade (à une bonne heure de route de mon domicile) à la sortie du boulot pour être à l’heure au match. La crème solaire et également un article expliquant les règles de bases du baseball.

Il faut bien avouer que je n’avais aucunes connaissances sur le sujet alors j’ai pris conseil auprès de mes collègues.  Et ce fût la douche froide ils m’ont annoncé un match pouvant durer plus de 3heures, pas beaucoup d’actions en bref que j’allais m’emmerder.

C’est un peu sur la réserve que nous nous somme rendus au stade. Et là tout semblait différents. L’avant match à consacré au Wall of Fame l’un des anciens joueur de l’équipe, et le match s’est plutôt bien (et rapidement) passé, l’équipe locale à gagné nous avons même eu droit à 2 home run.

La semaine d’après mon meilleur ami et sa soeur étaient également de la parti et nous avons voulu tenter l’expérience à nouveau. Nous avions pris quasiment les mêmes dispositions pour nous rendre au match. Nous avions également prévu, en tablant sur un match court comme la dernière fois (un tout petit peu plus d’une heure et demi) d’aller faire en ville des photos de nuit.

Sauf que rien ne s’est passé comme prévu. Trois accident sur la route (1 sur l’itinéraire principal et 2 sur l’itinéraire de secours) et quasiment deux heures après le départ de la maison nous avons enfin atteint le stade et rejoint mon meilleur ami et sa soeur, nous avons mangé avant de nous rendre dans le stade et quand nous sommes enfin rentré dans celui ci le match avait déjà commencé. La chaleur était bien plus importante ce soir là que la soirée précédente, et sous la chaleur étouffante et presque pas de vent nous avons assisté à un match qui s’est éternisé, plus de 3 heures de match pour assister à une défaite cinglante de l’équipe locale.

Le match fut vraiment long et bien moins intéressant que le premier du coup il a bien fallu nous occuper. Nous nous sommes donc amusés à nous prendre en photo entrain de prendre des photos (oui les reflex sont autorisés dans les stades de baseball, la seule limite est les objectifs faisant plus de 25 cm de long qui sont interdits). Nous étions placé au même endroit que la première fois et avions plutôt une bonne vue sur le terrain.

DSC_0051 DSC_0076

Après le match nous avons décidé malgré l’heure tardive d’aller faire quelques photos dans un coins que nous avions repéré en ville.

DSC_0109 DSC_0113

Nous sommes rentrés a près d’une heure du matin à l’appartement plutôt crevés dépités du match mais plutôt content des photos prises après celui ci.

Il est clair pour moi que je ne retournerais pas voir un match de baseball, la deuxième expérience m’a pas mal retirée l’envie d’y retourner (pour être honnête je crois que même si on m’offrait des places je n’y retournerais pas). Et je n’ai pas d’affinités et soyons clair pas d’intérêt pour ce sport. C’était une expérience à faire au moins une fois, je ne regrette pas de l’avoir vécu mais je pense que je prendrais plus de plaisir à aller assister à un match de hockey.

D-Day 6 Juin 1944

Aujourd’hui il y a 72 ans avait lieu le débarquement allié sur le plages de Normandie. 

Sous le nom de code « operation Overlord » le D-day vu débarquer sur les plages (Gold Juno et Sword pour le débarquement Anglais et Canadien, Utah et Omaha pour le débarquement Américain)de Normandie 156000 soldats Américains, Canadiens et Anglais.

Près de 4000 soldats alliés perdirent leur vie ce jour là. Plus d’un milliers furent blessés / portés disparus lors du débarquement. 

Le débarquement débuta à 6h30 en ce 6 Juin 1944 (prévu initialement le 5 Juin 1944 le débarquement fût décalé d’un jour à cause des conditions météos). Il fallut une semaine aux alliés pour sécuriser entièrement les plages du débarquemen. 

Sur Omaha Beach plus de 2000 soldats perdirent la vie pendant ce débarquement. 

Il est de notre devoir de nous souvenir, de nous souvenirs de ces hommes qui ont combattu pour nos libertés et pour nous libérer 

Il y a 72 ans la France était un pays occupé par l’ennemi. Ces hommes sont venu nous libérer. Nous ne devons pas oublier ce qui nous a conduit là et les dérives sectaires ayants conduit à la Seconde Guerre Mondiale. 

Aujourd’hui je pense aux soldats français qui défendent notre pays et qui l’ont défendu dans le passé. Les cours d’histoire me manquent. Étudier cette période nous permet de comprendre les erreurs commises à l’épique pour ne pas les reproduire 

Et pour conclure une chanson de Sabaton : Primo Victoria qui parle du D-Day (Lien par ici

Ma première alerte tornade

Quelques mois après mon arrivée j’ai eu la chance de vivre ma première alerte tornade. Les orages étaient plutôt fort, et les changements de temps rapide. Un après midi d’orage comme un autre, en revenant du boulot séance de sport jusque là rien d’anormal. De retour dans l’appartement je met là télé, la météo annonçais des orages violents mais sans plus. Et puis d’un coup l’écran devient noir. Et puis une sirène se met en route. Et un écran bleu suivi d’une voix automatique annonçant une alerte d’urgence.

IMG_0778

N’ayant jamais vécu ça en France je ne savais pas trop quoi faire. Je n’avais jamais vu ça que dans les films! Et puis mon téléphone qui était en mode silencieux se met à vibrer et à sonner comme un fou et la je me dit qu’il y a un soucis.

Je regarde l’écran et tombe nez à nez avec ça :

Alerte d'urgence

J’ai eu l’angoisse de ma vie, je ne savais pas quoi faire. Les seules images de tornade que j’avais à l’époque était celle des films avec des tornades détruisant tout sur leur passage. J’en menais pas large. J’ai appelé en catastrophe ma chef pour savoir quoi faire. Elle m’a redonné les consignes d’urgence et expliqué quoi faire: m’éloigner des fenêtre, aller dans un sous sol si j’en ai un ou une pièce sans fenêtre.  N’ayant pas de sous sol dans ma résidence le seul endroit ou je pouvais me mettre loin des fenêtres était ma salle de bain.

Le temps était très orageux, les vents violents très bruyants et d’un coup le silence total, plus aucun bruit. J’ai voulu voir ce qu’il se passait, alors j’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu un mur blanc. Je ne saurais pas décrire ça autrement. Mon balcon n’était plus visible les vents était tellement violent qu’ils formaient comme un mur blanc qui absorbait tout les sons.

C’est passé rapidement, et la tornade ne nous a pas touchés, elle s’est abattu à 50km de là. Cette première expérience m’a plutôt impressionnée. Et le meilleur était à venir. Après que l’alerte soit levée et que tout soit fini le ciel à changé de couleur et la lumière était rose / violette.

IMG_0785 IMG_0783

Au bout de la troisième ou quatrième alerte j’ai pris le plis et je ne suis plus en panique à chaque fois que l’alerte arrive.

J’ai trouvé le système d’alerte plutôt efficace. L’alerte est envoyé directement et automatiquement sur tout les mobiles connectés au réseau de la zone d’alerte. En ouvrant celle ci elle renvoyait vers le site du national weather service (nws) avec le descriptif détaillé de l’alerte et les consignes d’urgence. Celle ci est indépendante de toute application installé sur le téléphone et ne tient pas compte du mode nuit installé sur certains portables (j’ai testé l’alerte inondation qui m’a servi de réveil en sursaut à 2h30 du matin alors que je dormais profondément). L’alerte est arrivé en même temps sur mes deux portables, le français qui était connecté au wifi et l’américain connecté au réseau.

Cette alerte n’est pas que lié à la météo, il y a deux mois de ça un bébé de 7 semaines à été enlevé dans le centre commercial à côté de chez moi (il a été retrouvé sain et sauf quelques heures après chez la personne qui l’avait enlevé). L’alerte a retenti à la fois sur mes portables et celui de ma mère qui était présente chez moi. Ce système d’information est plutôt efficace à mes yeux mais j’espère tout de même ne plus avoir a y faire face. Je pensais pourtant en partant que la Pennsylvanie ne faisait pas parti du couloir des tornades mais j’avais du me tromper j’ai eu l’an passé une petite dizaine d’alertes.

Mes manies, mes habitudes et moi

Depuis aussi loin que je me souvienne j’ai toujours eu des manies, un besoin de contrôle, de répétition et je hais le changement. Les déménagement ce n’est pas mon truc, du tout, je fais de la résistance contre ça pour ne pas avoir à changer mes habitudes.

Partir au USA fut un sacré pas pour moi, le déménagement m’a causé un sacré stress. Sans mes repères je pars à la dérive. J’ai du laisser un grand nombre de mes affaires en France, je ne pouvais pas tout emporter et mon expatriation étant temporaire. Mais ce fut dur pour moi de décider d’emporter ce qui m’était nécessaire à mes yeux. Une fois enfin bien en place dans ma routine à l’hôtel il était déjà temps de repartir pour mon propre appartement. Une étape pas facile à vivre pour moi. Bien que l’appartement m’offre plus de liberté j’aimais certaines des facilités offerte par la vie à l’hôtel. Notamment le petit déjeuner que je pouvais prendre sur place.

Pendant les 15 jours à l’hôtel j’ai mangé tout les jours la même chose. Parce que ça me convenait et que ça m’aidait à m’adapter à ma vie ici. Encore aujourd’hui, mes petits déjeuner sont similaires tout les jours (avec le week-end des choses différentes mais qui se répètent chaque week-end). Il m’arrive par phase de changer un élément mais celui ci va me suivre ensuite pendant toute la phase.  A l’heure actuelle mes petits déjeuner en semaine se composent de deux œufs au plat et de deux tranches de bacon ainsi qu’un demi litre de café. Et le week-end c’est gaufres café et verre de jus d’orange.

Je n’aime pas changer, je n’accepte le changement (difficilement) que quand je n’ai pas d’autres choix ou pour faire plaisir par exemple.  J’aime manger encore et encore la même chose. Idem pour les films  / séries que je peux voir et re-voir en boucle. Ces choses que je fais encore et toujours me rassurent.

En semaine, je vais au boulot tout les jours à la même heure. Je rentre, je me change et je vais au sport. Depuis que le sport est devenu une habitude j’ai du mal à faire sans, malade, fatiguée baisse de moral ou pas je fais ma séance de sport, ça m’aide à me sentir mieux. Cet hiver avec le retour de ma sciatique et de mes mots de dos je n’ai pas réussis à m’arrêter et j’ai continué à faire du sport. Ce qui avouons le n’était pas très malin de ma part mais je n’ai pas réussir à faire autrement. Ces habitudes rythment ma vie.

Le plus gros changement auquel j’ai du faire face est le café. J’aime le café mais pas celui qu’ont trouve ici, alors j’ai du changer mes habitudes à ce sujet. Je me suis tournée vers le thé mais remplacer mes habitudes de café ne fut pas chose aisée.

J’aime ma vie comme elle est constante, avec la même chose tout les jours mais je sais aussi que les habitudes que j’ai ici aux USA ne sont que temporaires. J’ai hâte de rentrer en France de retrouver mes affaires, mes habitudes, ma vie d’avant. Le changement ce n’est pas pour moi ça ne l’a jamais été.

La constance fait parti de ma vie, elle aide à apaiser mes peurs, elle me cadre et me libère de mes peurs. Nous sommes samedi après midi, comme tout les samedi j’ai fais mes courses alimentaires, je me suis pris à manger des makis comme tout les samedi (les seuls samedis midi ou je n’en mange pas c’est quand ils en ont pas) et je suis devant mon écran d’ordinateur comme tout les samedi après midi et je regarde pour la 7éme ou 8éme fois peut être le même film.

J’ai des certaines manies/ habitudes concernant les voyages, quand je fais un voyage entre Paris et la région Rhône Alpes d’où je viens, en train je ne peux m’empêcher de regarder le même film encore et toujours. Je n’arrive pas à faire autrement. Il faut que je le regarde.

Pour les vêtements pareils je suis incapable de changer, j’achète plusieurs fois exactement les même car j’en ai toujours une version propre et je peux comme ça porter la même chose tout les jours. Le changement est vraiment dur pour moi. Je n’aime pas perdre / prendre du poids car cela force un changement de vêtements et ça me perturbe énormément à chaque fois.

Ces habitudes guident ma vie, et ce qui m’a aidé ici à ne pas trop virer dingue à cause du changement fut que mon poste actuel est exactement le même qu’en France. Les mêmes taches, les mêmes accès, pas le même groupe (ce qui fut un peu dur) mais la même fonction.

Dès fois je me dit que ces habitudes ne sont pas tout à fais normal. Que d’être coincé dans ces habitudes n’est pas bon pour moi mais je n’arrive pas à faire sans alors je continue à vivre comme cela.